Texte sur l'image : L'écho responsable, que la paix soit avec vous

Mes amis et ma famille me voient évoluer vers un mode de vie de plus en plus écoresponsable. On me traite d’utopiste quand je parle d’un mode de vie zéro-déchet. Je les fais sourire au restaurant quand j’insiste pour ne pas avoir de paille dans mon verre de jus de pomme naturel Spritz, quand je demande la provenance d’un produit, quand je scrute les étiquettes pour vérifier la composition et quand je fais mes produits ménagers. Mais s’il y a une chose que j’ai remarqué c’est cette tendance qu’a adopté mon entourage en ma présence, celle de s’excuser constamment.

Que ce soit au restaurant quand ils commandent un Burger à la viande, sous prétexte que je suis végétarienne, j’ai souvent droit à un “ha désolé, mais mon fer est très bas ces temps et j’ai trop envie de viande aujourd’hui”. Quand ils se sont acheté un énième T-shirt en solde à H&M “oui, c’est H&M je sais, tu n’aimes pas, mais il était trop beau, et j’en avais besoin pour mon nouveau job” ou de manger des produits qui ne seraient pas bio ou de la région, “ha, mais c’est plus cher le bio et je n’ai pas le temps d’aller au marché après le travail”… Bref, la liste est longue.

Comme si ma seule présence imposait “la bonne” attitude à adopter ou de consommer

Avoir cette sensation de mal-être parce que ma façon de vivre te rappel tout ce que tu ne ferai pas, comme si je représentais à moi toute seul le parfait exemple à suivre. Argh, l’angoisse ! Alors, pour commencer, je ne suis pas parfaite loin de là ! Comme toi, je lutte contre mes vieux démons, comme toi, j’ai des faiblesses et comme toi, je craque aussi pour des trucs pas sains ou pas forcément éthiquement correct.
Je suis végétarienne, et alors ? Mange ton hamburger tranquille, chacun mange ce qu’il veut. On est là pour passer un moment agréable, je ne suis pas là pour juger ce que tu as dans ton assiette.

En plus, je ne suis pas chiante dans mon genre, certes, je suis végétarienne, mais je ne fais de loin pas la morale et ne me lance pas dans de longs discours. Je mange ce que je veux, tu es donc libre de manger ce qu’il te plaît.
Ce qui importe, c’est d’être avec l’autre, se raconter nos dernières aventures ou nos vacances ratés, partager nos rêves, nos espoirs et nos désillusions, de refaire le monde ou tout simplement profiter du moment présent.

Foutons-nous la paix

Arrêtons de regarder ce que fait l’autre constamment et arrêtons de nous juger. Et parce que nous n’avons pas le même parcours de vie, la même éducation, les mêmes influences, nous ne pouvons être sensibles aux mêmes choses en même temps. C’est normal, nous sommes tous différents et vive la différence.

Et quand bien même, c’était le cas, parce que j’ai des amies que j’aime d’amour et avec qui je partage la même démarche, nous ne pouvons attaquer sur tous les fronts en même temps, sinon on court tout droit au “Burn-out écolo” !

Et parce que si un jour, j’ai le malheur de manger quelque chose de pas très sain ou d’acheter, je ne sais quoi, on me gratifie d’un “hum, mais ce n’est pas très écolo ça? Mais t’est sûre de vouloir manger ça ? Il y a du sucre dedans, t’avais pas dit que tu arrêtais le sucre toi ? “. Je n’ai jamais prétendu être une nouvelle version de Marie-Popins boostée à la spiruline bio, on n’atteindra pas la perfection.

La quête de la vie zéro-déchet/eco/healthy-green/parfaite

Une vie où l’on serait constamment épanoui avec nos cours de yoga et de méditation dans nos jardins aux potagers auto-suffisant et, qui pourrait nourrir toute une famille vivant dans une maison ancienne, mais rénovée avec goût. Une maison avec des matériaux écoresponsables et un savant mélange de meubles fait par des artisans locaux, pour soutenir l’économie locale et aider à perpétuer le savoir-faire traditionnel de la région, mais aussi avec des meubles chinés et des DIY digne de Pinterest #nailedit.

Une maison lumineuse avec de grands espaces et pièces à vivre et des chambres qui s’apparenteraient plus à des sanctuaires dédiés au bien-être et Feng-shui, of course. Le toute avec de grandes baies vitrées et un dressing à la garde-robe avec des pièces vintage et seconde main et des minimaliste, éthiquement irréprochable et des sacs à main en cuire végétale, qui ne pollue pas les nappes-phréatiques et respecte les animaux. Le tout en faisant des gâteaux sains et délicieux dans une immense cuisine lumineuse immaculée, sans frigo qui pollue, mais un garde-manger en bois et des étagères remplies de magnifiques bocaux.

Le tout bien-sûre en gagnant bien sa vie pour pouvoir voyager en mode slow la moitié de l’année et développer des projets éthiques comme, une école à la pédagogie bienveillante et qui en plus sauverai les forêts et les enfants des rues…

Bref, on se détends. Apprenons déjà à vivre tout simplement en étant bien avec soi-même, de profiter de l’instant présent et dans le respect de son voisin, on respire et on vit, tout simplement.

Vivons à notre rythme et évoluons ensemble

C’est ensemble que nous sommes plus forts et c’est en unissant nos voix que nous pouvons mieux nous faire entendre. Mais c’est en évoluant sans la crainte de se faire juger constamment par l’autre, que nous arriverons mieux à nous épanouir et à savourer les petites victoires.

Foutons-nous la paix et laissons nous vivre, chacun fait comme il peut avec les moyens qu’il a

Dans la lignée de bienvenu dans l’air de la diet’éthique et des labels bio, c’était mon humeur du jour que j’avais envie de partager avec toi, j’espère qu’il te plaira.

Et toi, as-tu ressenti un changement similaire dans ton entourage, te sens-tu sans cesse observé dans tes moindre fait et gestes?

Je me réjouis de lire tes commentaires et je te dis à très vite pour de nouveaux partages pour une vie plus simple au naturel !

Mayra

Poster un commentaire

*